Érable argenté

Érable argenté - Acer saccharinum
06 Nov 2015

Acer saccharinum

L’érable, étant l’emblème du Canada, rend réellement nos paysages uniques, et surtout, colorés dès qu’arrive l’automne. Si la plupart des arbres changent leurs feuilles du vert au brun à la saison froide, les érables donnent leurs éclats multicolores qui font de l’automne le plaisir qu’il est pour les gens d’ici.

Pour ce qui est du paysage urbain du Québec, il n’est pas possible de passer outre l’importance de l’érable argenté. À Montréal, par exemple, il fut l’un des premiers arbres à être planté en masse vers la fin du 19e siècle. En effet, cette essence a été sélectionnée en vertu de sa forte vitalité et de son port majestueux. Pourtant, malgré un grand nombre d’avantages, on regrette que certaines précautions n’aillent étés prises quant à certains risques que comporte l’érable argenté en milieu urbain. Demeurant un arbre ornemental recommandable à bien des égards, il faudra à l’avenir observer certaines conditions pour ne pas se tendre à soi-même un piège pour tomber dedans dans une quinzaine d’années!

L’érable argenté, un géant !

Étant d’une croissance très rapide, on aperçoit rarement un érable argenté qui ne serait déjà près de son port final. Ainsi, une caractéristique de l’érable argenté est son port absolument gigantesque. Il peut atteindre plus de 24m (78 pieds) de hauteur, de même que de largeur. On appréciera donc l’ombre qu’apporte le port de cet arbre. Son allure rustique est augmentée par la présence bien fréquente de troncs principaux multiples qui soutiennent l’ensemble de la cime. Avec ses branches charpentières distribuées de façon irrégulière, le port de l’arbre demeure arrondi, mais désordonné. À ceci s’ajoute une écorce s’exfoliant avec l’âge, ajoutant une touche l’éloignant de l’esthétique raffinée. C’est comme si l’écorce s’épluchait en grosses lanières de pelure grise. Ceci est tout à fait naturel et ne devrait pas inquiéter les propriétaires. Pour ce qui est de l’appréciation, cela dépend des goûts. Une écorce lisse donne une allure raffinée, alors qu’une écorce crevassée ou exfoliée apporte un goût plutôt sauvage. Plus haut, cependant, et vers les rameaux qui composent la masse foliaire, les branches retombent et sont quelque peu d’aspect pleureur. L’écorce de la charpente n’est pas autant retroussée.

Ses feuilles lui valent le nom d’érable argenté. En effet, en dessous de la surface vert clair se trouve une couleur blanchâtre qui tend vers l’argenté. Lorsque le vent met la cime en mouvement, le dessous des feuilles apparaissent l’arbre semble alors être plaqué argent. Le découpage est typique de la feuille d’érable, avec de lobes bien profonds et aigus, grossièrement dentés. À l’automne, il donne un contraste aux autres érables par sa couleur jaune et parfois presque orangée. Il n’y a pas d’erreur à dire que le feuillage de l’érable argenté est magnifique, comme d’ailleurs l’érable en général.

Les fruits et la faune

Il ne faut pas compter sur des fruits à proprement parler. Il s’agit plutôt de disamares, que l’on appelait, alors que nous étions enfants, des hélicoptères. Admettons qu’adultes, nous les appelons encore de ce nom que nous avons appris, en nous laissant fasciner par leur aérodynamisme particulier… Pourtant, en qualité d’arbre indigène, la faune sait profiter de l’érable argenté. Les bourgeons peuvent servir de nourriture aux écureuils s’ils n’arrivent à trouver mieux. La structure permet la nidification des oiseaux qui savent, eux aussi, se nourrir de cet arbre.

Conditions optimales

Pour optimiser l’utilisation de l’érable argenté, plusieurs conditions s’imposent. Avec son port imposant de 24 m (78 pieds) de largeur, une distance minimale de 14,5 m (47 pieds) des fils électriques est requise. Puis, le bois de cet arbre n’étant pas le plus résistant, il faut égaler cette même distance quant à nos infrastructures. En effet, son bois est reconnu pour avoir une certaine vulnérabilité aux tempêtes et au verglas. Bien que l’on puisse profiter sans problème de sa présence en milieu urbain, comme on le fait d’ailleurs déjà, les précautions nous pousseront à en privilégier la plantation dans des milieux plus vastes. Puis, à cette même précaution s’ajoute une autre problématique : les racines. Bien qu’elles soient superficielles, ses racines sont puissantes, très bien développées et envahissantes. Elles peuvent donc occasionner des problèmes pour les tuyaux de drainage. Ainsi, les propriétaires qui jouissent de grandes cours avant et arrière pourront planter un érable argenté et profiter de la présence de ce géant. Il faudra surtout faire intervenir des élagueurs certifiés pour assurer la bonne distance entre l’arbre et les infrastructures.

Assez sur les bémols! L’érable argenté demeure un arbre omniprésent dans nos villes, et ce n’est pas pour rien. Hormis la raison esthétique qui est une évidence, il comporte des avantages qui lui ont valu le mérite d’être un des premiers arbres ornementaux à Montréal. Résistant à la pollution, capable de s’adapter à tous les sols et à tous les ph, tolérant au compactage, capable d’une certaine endurance au sel de déglaçage, survivant aux inondations comme aux sécheresses, à l’aise au soleil comme à l’ombre : l’érable argenté est un dur à cuire! Nous le recommandons donc pour les propriétaires qui peuvent pourvoir un contexte idéal et sécuritaire.

Élagage de l’érable argenté

Puisqu’il s’agit d’un arbre à croissance rapide, il est certain que l’érable argenté demandera plus d’attention arboricole. Mais il faut surtout apporter notre attention sur la taille de formation. Son bois est cassant, c’est vrai, mais la taille de formation peut faire toute la différence pour prévenir la majorité des problèmes. En effet, la structure des érables argentés que nous contemplons en ville est souvent formée de plusieurs troncs principaux, ce qui n’est guère l’idéal. En effet, en forêt, les arbres poussent d’abord vers le haut pour atteindre le soleil avant les arbres-compétiteurs, ce qui donne lieu à un seul tronc principal. Par suite, les branches charpentières se forment pour aller chercher le reste du soleil qui est disponible. Dans le cas d’un érable argenté en ville, le soleil est bien souvent distribué du lever au coucher, sans aucune contrainte pour aller chercher le soleil vers le haut, ce qui donne lieu, bien souvent, à plusieurs troncs principaux. Ceux-ci, plus fragiles au niveau de la fourche, peuvent être prévenus dans les années de jeunesses de l’arbre par des coupes de formations effectuées par des élagueurs professionnels.

Comme pour bien d’autres essences, la charpente peut commencer assez basse, ce qui peut nuire à la circulation autour de l’arbre. Les élagueurs font fréquemment la coupe qui est alors requise, appelée dans le métier une « élévation de la couronne ». Du reste, il faut prodiguer le même respect des règles de l’art quant aux interventions arboricoles. Ne jamais enlever plus de 20 % de la masse foliaire, ne jamais couper la tête et ne jamais laisser de moignons.

Les maladies

Les maladies qui attaquent les érables sont nombreuses. La plus répandue est la tache goudronnée, que l’on aperçoit surtout sur les érables de Norvège. On reconnaît cette maladie par les petites taches noires laissées sur le feuillage. Comme pour la majorité des maladies des feuilles, la solution est de ramasser les feuilles régulièrement de sorte à empêcher que le pathogène ne retourne dans le système racinaire. Il en va de même pour l’anthracnose, la cloque des feuilles et la tache des feuilles. Quand on perçoit des cloques ou des taches sur les feuilles de certaines branches, il peut être de mise de couper celles-ci et d’en disposer. Généralement, un ramassage assidu parvient à guérir le problème.

Du côté des champignons qui s’attaquent au bois comme tel, il n’y a pas toujours d’interventions possibles. Si vous apercevez des champignons sortant du tronc, selon la couleur, ou si vous voyez un trou, selon la grosseur et la couleur, il se pourrait que votre arbre soit atteint par une des maladies suivantes : le chancre eutypelléen, le chancre nectrien, le faux amadouvier, le ganoderme plat, le polypore aggloméré, le polypore géminé, le polypore pinicolore, le tramète unicolore ou encore la verticilliose. Il faut alors évaluer la situation au cas par cas. Les chancres sont comme des caries qui forment des trous par dépérissement du bois et, au fil du temps, peuvent menacer la sécurité. L’abattage peut alors s’avérer nécessaire pour des raisons de prévention. D’autres champignons affaibliront l’arbre, mais il peut arriver que celui-ci compose avec le pathogène. Si vous apercevez des symptômes douteux sur votre érable, n’hésitez pas à consulter un arboriculteur compétent. Celui-ci pourra vous conseiller et même vous montrer comment surveiller la progression du pathogène de sorte que vous puissiez garder votre arbre le plus longtemps possible. Si l’abattage est la seule option, vous aurez du coup le cœur net quant à la démarche à suivre.

share

Dominic Perugino
Dominic Perugino

Comments

  1. […] en moins de temps. Or, la croissance rapide est souvent synonyme de cassures comme pour l’érable argenté, mais ce n’est pas le cas du micocoulier. Au contraire, son bois est dur et flexible, ce qui […]

  2. […] arbre majestueux, le soupçon est souvent généré envers les racines de ce dernier. Mon érable argenté boit-il toute l’eau de mon gazon? Cela est possible, mais il se peut également que […]

  3. […] les érables indigènes et non modifiés par l’horticulture, plusieurs autres choix que l’érable argenté se présentent, mais il y a toujours la question de l’adaptabilité en milieu urbain, […]

  4. […] Il n’est pas rare de voire des têtes adventives ou codominantes sur les tilleuls, les érables argentés, les érables à Giguère, etc. Il est donc idéal de faire affaire avec un expert dès la jeunesse […]

  5. Bonjour!
    J’ai un gros érable argenté de 34 ans sur mon terrain en avant.
    J,aimerais le faire abattre mais la ville ne veut pas.
    Il n’est pas malade par contre il a d’énormes racines sur tout le terrain et en dessous de notre galerie.Je veux le faire abattre car j’ai peur qu’il fasse d’autres fissures a notre solage ou pire au drain français. Il y a beaucoup de gens de notre quartier qui ont fait creusé tout au tour de leurs maisons. Dois je m’inquiétée est ce des racines assez fortes pour fissurées un solage?
    Merci!

    • Dominic Perugino Dominic Perugino : septembre 18, 2017 at 3:16

      S’il y a déjà des fissures au solage, les racines pourraient en effet aggraver la situation. Autrement, si vos structures sont conformes et que vous avez au minimum trois mètres entre votre arbre et votre maison, il ne devrait pas y avoir de problème.

  6. J’ai fait coupé un érable l’an dernier et les érables proches ne donnent pas de samares cette année. J’ai encore 6 érables argentés dans ma cours. Est-ce qu’il y aurait une façon de ne plus avoir de samares dans mes érables? C’est décourageant de voir autant de samares dans la piscine du voisin ou dans les entrées ou dans les gouttières ou sur ma galerie. Avez-vous une solutions? Merci à l’avance

  7. Lyne Rousseau : août 3, 2018 at 2:31

    Est ce que les racines de mon érable argenté peuvent faire lever l’asphalte. Il est à un peu plus de 1 m de mon nouveau pavage et est à environ un pied plus haut que le niveau de cet asphalte.

    • Dominic Perugino Dominic Perugino : août 20, 2018 at 5:36

      Ce n’est pas impossible. Théoriquement, les racines sont trop faibles pour déplacer de l’asphalte. Or, il se peut qu’avec les déplacements du gel dégel les racines arrivent à se faufiler une place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *