Le bouleau à papier

Betula papyrifera - Bouleau blanc du Canada
25 Nov 2021

Betula papyrifera

Aussi appelé le bouleau blanc, le bouleau à papier est un arbre indigène omniprésent au Canada. En effet, présent dans toutes les régions forestières du Canada et dans les forêts boréales, on peut presque se demander pourquoi il ne serait pas l’emblème canadien plutôt que la feuille d’érable… D’autant plus que, fait bien méconnu, le bouleau est aussi utilisé pour faire un délicieux sirop à partir de la sève !

C’est un arbre blanc, au feuillage dégagé et clairsemé. Il s’agit d’un arbre à croissance rapide et qui pourra donc plaire à ceux qui veulent un arbre d’ornement plus tôt que tard. À maturité, cet arbre peut atteindre les 15 à 21 mètres de hauteur et 14 mètres de largeur. En jeunesse, le bouleau à papier sera rouge foncé, avec un port pyramidal. Plus âgé, son écorce sera d’un blanc éclatant avec un port plus arrondi. C’est en fait l’écorce de cet arbre qui fait toute la distinction. Il peut arriver qu’on le confonde avec le peuplier, mais ce dernier est d’une couleur plutôt grise, et son écorce ne s’exfolie pas comme celle du bouleau. Cette caractéristique fait tout le charme de cet arbre. On peut « l’éplucher » en grandes feuilles pour découvrir une couleur jaune pâle en dessous de l’écorce superficielle.

L'écorce du bouleau à papier mature est d'un blanc pur

L’écorce du bouleau à papier mature est d’un blanc pur

L’écorce du bouleau blanc est particulièrement recherchée par les chasseurs qui connaissent ses propriétés d’allumage de feu, car, étant un bois gras, il demeure inflammable même humide. Autrefois, les autochtones utilisaient l’écorce du bouleau à papier pour la confection de toutes sortes d’objets, notamment pour la construction de canoës.

La feuille du bouleau est de forme ovale, presque triangulaire, et doublement dentée. Avec du recul, on perçoit le feuillage d’aspect léger et clairsemé, tout le contraire du feuillage dense et épais de l’érable de Norvège. À l’automne, ses feuilles tendront vers le jaune.

Bouleau blanc - Feuilles ovales et doublement dentées

Bouleau blanc – Feuilles ovales et doublement dentées

Les fruits et la faune

Les fruits et les fleurs ne présentent pas vraiment d’intérêts ornementaux, pas plus que les samares de l’érable. Pourtant, étant un arbre indigène du Québec, cet arbre saura contribuer au bien être de la faune, ne serait-ce que celui des insectes.

Fruits du bouleau à papier du Canada

Fruits du bouleau à papier du Canada

Conditions optimales

Il s’agit d’un arbre parfait pour l’ornement paysager, mais il supporte mal les conditions urbaines. Il est adéquat en vertu de sa croissance rapide et de son feuillage léger, nécessitant peu d’entretien. Il préfère un sol assez sec, voir sableux. En revanche, le bouleau à papier est un arbre qui supportera très mal la pollution, en particulier le sel de déglaçage. Les travaux de construction peuvent le stresser et mener à son dépérissement, de même que pour le compactage du sol.

Élagage et entretien du bouleau blanc

On suggère de faire une taille de formation de l’arbre en bas âge. Du reste, simplement assurer un sol en santé et élaguer les branches qui nuisent à son environnement urbain. Il produit une quantité non négligeable de bois mort, qu’il convient d’enlever environ aux trois ans pour la sécurité et pour l’esthétique.

Betula papyrifera en automne à Laval

Betula papyrifera en automne à Laval

 

Étant d’un bois assez mou, on voudra éviter que l’arbre ne penche vers les structures importantes, comme les lignes électriques par exemple. Ceci advient généralement suite à des verglas qui provoquent des courbures sévères au tronc du bouleau à papier, et l’arbre peut rester dans cet état tout l’hiver. On peut donc opter pour un élagage qui vise à alléger les endroits de l’arbre où la charpente est plus lourde. Toutefois, l’haubanage est l’option la plus durable et la moins dommageable car elle ne nécessite pas l’enlèvement inutile de masse vivante de l’arbre.

Maladies

Bien que sensible aux conditions urbaines, les maladies du bouleau blanc sont relativement rares. On note une légère sensibilité aux chancres, de même qu’à certains insectes comme l’agrile du bouleau, la mineuse ainsi que la porte-case du bouleau.

Bibliographie

  • Bertrand, Dumont. Guide des arbres, arbustes et conifères pour le Québec. Broquet, 2005.
  • Farrar, John Laird. Les arbres du Canada. Les Editions Fides, 1996.
  • (forester.), Michael D. Williams. Guide D’identification des Arbres du Québec et de L’est de L’Amérique du Nord. Broquet, Incorporated, 2008.
  • Hodgson, Larry. Arbres. Saint-Constant, Qc: Broquet, 2012.
  • Langlais, Guy. La taille des arbres ornementaux. Saint-Constant, Qc: Broquet, 2002.
  • Marie-Fleurette, Beaudoin, Gaudet Martin, Rocray Pierre-Émile, et Michel Labrecque. Les arbres de Montréal. Fides, 1997.
  • Pellerin, Gervais, et Hydro-Québec. Répertoire des Arbres et Arbustes Ornementaux: 1760 Espèces et Variétés de Végétaux du Québec. Gouvernement du Quebec, publications vendues, 2010.
share

Dominic Perugino

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *