Comment tuer un arbre?


01 Mai 2017

Sommaire

  • Surélagage, étêtage
  • Abus de fertilisants et produits chimiques
  • Négligence quant à la nutrition
  • Meilleure solution : l’abattage

Introduction

Le titre de cet article peut sembler déroutant : pourquoi parler d’un tel sujet sur un blogue à vocation de sensibilisation et de réflexion écologique? Cela dépend de la manière dont nous interprétons le titre. Parfois, avec toutes les bonnes intentions du monde, nous maltraitons nos arbres, comme si nous voulions les tuer, alors qu’en fait nous cherchons à en prendre soin. Notre but est de décrire ce qui peut tuer un arbre pour que chacun soit averti de ne pas tomber dans le piège des mauvaises pratiques. Nous voulons ici établir ce qui ne doit pas être fait. Nous songeons en particulier aux travaux arboricoles qui ne respectent pas les règles de l’art et à certaines négligences involontaires. De fait, certains arbres sont nuisibles, et la méthode conventionnelle pour éliminer le désagrément est l’abattage, ce qui requiert souvent l’intervention de professionnels de l’arboriculture. Pour terminer, nous dirons quelques mots sur les tentatives de tuer les arbres.

Les mauvaises pratiques pour tuer un arbre

Surélagage

La première pratique à dénoncer comme nocive aux arbres est le surélagage. Il n’est pas rare de rencontrer des clients qui veulent enlever des branches aux arbres en croyant que cela sera bénéfique pour leur santé. Hormis le cas des branches mortes et des branches qui se touchent et se blessent mutuellement, l’enlèvement de branches vivantes ne fait pas de bien à l’arbre. L’idée ressemble étrangement à la pratique de la saigne au moyen-âge qui consiste à enlever du sang à un patient pour le rétablissement de sa santé. Au contraire, l’arbre a besoin d’une masse foliaire la plus abondante possible pour assurer son apport en sucres photosynthétisés. Malheureusement, cette pratique est répandue, et ce, avec la bonne intention de prendre soin de l’arbre, alors qu’on est en train de tuer son arbre.

Étêtage

Par suite, une pratique que nous tentons par tous les moyens d’arrêter en arboriculture est l’étêtage. Encore une pratique fort répandue et qui peut viser l’esthétique aussi bien que la sécurité et la santé. De fait, l’étêtage d’un arbre donne suite à une repousse virulente de gourmands, ce qui peut donner l’impression que l’arbre est en bonne santé, mais la réalité est que l’arbre dépense ses ressources pour compenser la perte de sa principale source de soleil : sa tête. Il s’agit d’une pratique qui peut facilement réduire de moitié l’espérance de vie d’un arbre, une autre manière, donc, de tuer un arbre.

Fertilisants, insecticides et herbicides

D’autres problèmes peuvent survenir par l’entremise de nos pratiques jardinières. Nous entendons ici l’utilisation de fertilisants, insecticides et herbicides. Dans l’utilisation de quelconques produits chimiques, il faut rester averti des conséquences générales sur l’environnement, mais aussi sur les interactions possibles avec nos arbres. Par exemple, le traitement fongicide d’un arbre peut entraîner l’extermination des champignons bénéfiques dans la terre et nuire à la santé de l’arbre même ou d’un arbre à proximité.

Remblayage du collet racinaire

Une pratique qui affecte près de 90 % des arbres au Québec est le remblayage du collet racinaire. On parle de pratique dans le sens d’une intervention intentionnelle, mais il se peut que le remblayage soit aussi accidentel. Ainsi, la majorité des arbres du Québec ont un collet racinaire remblayé, ce qui donne lieu aux racines étranglantes et à la pourriture du collet. Cela peut survenir lorsque nous mettons à niveau notre terrain. La précaution à prendre est simplement de prévoir des cadres adéquats pour maintenir le niveau de terre original autour du collet, pour un espace qui prévoit la croissance de l’arbre. Pour les collets qui sont déjà remblayés, simplement excaver avec une truelle et couper les racines étranglantes. Hormis le fait que le remblayage affecte la santé de l’arbre en empêchant l’irrigation adéquate de sève, la pourriture compromet la solidité de l’arbre ainsi que sa résistance aux vents. Le remblayage est ainsi une autre façon de faire dépérir et potentiellement tuer son arbre.

Négligence nutritionnelle

Il faut aussi soulever un autre problème. Il ne s’agit pas d’une pratique, mais plutôt d’une négligence. La moitié du travail nutritionnel d’un arbre se fait par les branches, l’autre se fait par les racines. Avec toutes les perturbations des sols en milieu urbain, la flore peut souvent être affectée. Il convient donc de vérifier la santé du sol qui est une vie en soi. Un sol sain est un sol dans lequel prolifèrent les insectes et champignons qui font symbiose avec les racines d’arbre. Au besoin, on peut compenser par un ajout manuel de mycorhize, de paillis, de compost et bien d’autres méthodes écologiques. Le secret est de penser de manière à ce que l’intervention soit durable plutôt qu’à l’ajout constant d’engrais artificiel.

L’abattage d’un arbre

Il va sans dire que la méthode la plus appropriée pour « tuer » un arbre nuisible ou dangereux est l’abattage. Vous pouvez abattre l’arbre vous-mêmes si vous êtes en mesure d’assurer votre sécurité et celle des autres, mais l’intervention d’un arboriculteur professionnel est sans doute l’option recommandée. Il est difficile d’imaginer une bonne raison de vouloir tuer son arbre avant de l’avoir abattu. En fait, le dépérissement d’un arbre peut exacerber les coûts d’abattage, car l’arbre devient dangereux à abattre et nécessite l’intervention d’outils de pointe comme la nacelle et la grue. Le meilleur scénario est celui dans lequel vous demandez l’avis d’un professionnel ainsi que de la ville au besoin. Si l’arbre incommode à cause de l’ombre, il peut être élagué, s’il semble dangereux à cause d’un défaut structurel, il peut être haubané. Au final, si l’abattage est la seule option viable, l’arboriste expert pourra vous conseiller en ce sens et suggérer l’abattage pour une demande de permis à la ville.

Méthodes naturelles et chimiques

Il ne semble y avoir qu’une seule raison de vouloir faire mourir un arbre, que ce soit naturellement ou chimiquement : l’aspect légal. En effet, les municipalités refusent parfois, pour différentes raisons qui peuvent varier entre le patrimoine naturel de la ville et l’écologie, d’octroyer le permis d’abattage. Lorsque la ville considère un arbre comme non nuisible, elle affirme que le seul prétexte valable pour son abattage serait que l’arbre soit malade, dépérissant, ou mort. D’où l’idée de le tuer soi-même pour obtenir le permis.

Pour ce qui est des méthodes chimiques, nous ne voulons pas en dire un mot, mis à part qu’il s’agit d’une action doublement irresponsable pour l’écologie : en plus de tuer l’arbre, on déverse des produits chimiques qui contaminent la terre et la nappe phréatique.

En ce qui concerne les méthodes naturelles, elles semblent dériver du folklore. Nous sommes incapables de voir pourquoi quelqu’un voudrait bien tuer un arbre avant de l’abattre, sachant qu’il faudra au moins l’abattre après, sauf si ce n’est pour contourner une réglementation, ou pire, pour tuer l’arbre d’un voisin qui refuse de l’abattre malgré l’insistance d’un plaignant qui veut plus de soleil, nous n’allons pas même donner une indication qui pourrait encourager une telle aberration.

Conclusion

Loin de nous l’intention de nier que certains arbres peuvent être nuisibles. Pourtant, la civilité exige de passer par une discussion avec le propriétaire de l’arbre ainsi qu’avec les règles municipales qui encadrent les pratiques arboricoles dans une visée écologique. Si vraiment un arbre est nuisible, il est possible de faire valoir son point de vue. Dans le cas contraire, il faut peut-être aussi envisager l’acceptation de certains désagréments au profit d’autres avantages des arbres en milieu urbain. L’acceptation est aussi de mise pour apprécier la liberté d’un voisin de garder son arbre, même si celui-ci me fait de l’ombre ou m’envoit des feuilles. Du reste, restons conscient que nos bonnes intentions à l’égard de nos arbres ne sont pas toujours garantes des bons résultats. L’idéal est de consulter un arboriculteur certifié qui affirme clairement son amour des arbres et son engagement à l’égard de l’écologie.

share

Dominic Perugino
Dominic Perugino

Comments

  1. Laurence Rigody : août 26, 2017 at 5:18

    Bonjour, j ai 2 Mimosas élagués à l automne 2016, pour raison de voisinage, branches envahissantes. Le pseudo élagueur a enlevé toutes les branches me disant qu ils repousseront mieux ! Les 2 arbres sont morts,enfin je le pense car le peu de repousse des feuilles est marron, le tronc s est fendu, je suis dans le sud de la France en bord de mer et il fait très chaud depuis 3 mois, et aucune pluie. L élagage radical est-il la cause de cette mort ? D après votre article je pense que oui…
    Belle journée à vous

  2. line laforest : octobre 3, 2017 at 1:12

    allo, j ai été témoin hier au souper , que le voisin d en face a fait des trous dans la terre à coté d un gros boulot pleureur appartenant à son voisin qui vient de vendre sa maison, il a inséré un tuyau dans les trous et déversé un produit assez foncé et visqueux. la semaine dernière il m avait informé de son idée de tuer cet arbre que les branches arrivent chez lui laisse tombé une sève qui sali sa voiture.
    le nouveau propriétaire n est pas encore arrivé, mais il va pas aimer ça quand il va s apercevoir que l arbre est entrain de mourir ainsi que le gazon. où faut il porter plainte ?
    merci

    • Dominic Perugino Dominic Perugino : octobre 3, 2017 at 6:56

      Il s’agit d’une infraction à plusieurs lois ! Notre blogue n’est pas une référence en matière juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *