Arbres aux produits surprenants

Arbres aux produits surprenants
07 Mai 2020

Sommaire

  • Une noix qui pousse sous une pomme
  • Des arbres pour fabriquer des pneus
  • Des pacanes au Québec
  • Chasser l’arbre pour trouver des champignons sauvages
  • Le rotin : un palmier grimpant
  • L’osier : un bâton, un tronc

Je me souviendrai toujours de l’anecdote racontée par mon grand-père dans laquelle il a découvert la culture des arachides. Les ayant plantés en début de printemps, l’automne arrivé, il n’avait récolté aucun fruit. Par défaite, il décida de les arracher et, surprise, les arachides se trouvaient sous la terre! En ce qui concerne les arbres et certains de leurs produits, nous pouvons être surpris de savoir à quel arbre appartient quoi. Par exemple, le latex, par lequel on produit du caoutchouc, provient originalement d’arbres. Ou encore : saviez-vous que la noix de cajou pousse en dessous d’une pomme? Dans cet article, nous voulons vous faire découvrir des arbres bien curieux aux productions surprenantes.

La noix de cajou

Puisque la noix de cajou est souvent utilisée de manière analogue à l’arachide, on pourrait s’imaginer une culture similaire, mais il n’en est rien. La noix de cajou est en fait une excroissance sous le fruit produit par l’anacardier. Ce fruit ressemble à une pomme, d’où son nom : la pomme de cajou.

Noix de cajou - Anacardier

Noix de cajou – Anacardier

On cultive cet arbre dans les zones tropicales, où l’on récolte à la fois le fruit et sa petite noix qui pousse en dessous. La pomme peut être mangée fraîche ou séchée. On en fait aussi des confitures et certains breuvages alcoolisés en sont parfumés. Malheureusement, cet arbre ne pourrait pas être cultivé ici, au Québec.

Le caoutchouc

On ne s’imagine pas que la production de caoutchouc pourrait ressembler à la production de sirop d’érable. C’est pourtant ce que laissent apparaître les images des plantations d’hévéa, l’arbre duquel est récolté le latex naturel.

Caoutchouc - Latex naturel - Hévea

Caoutchouc – Latex naturel – Hévea

Alors que le sirop d’érable se produit à partir de la sève que l’on extrait en quantité modérée pour respecter la santé de l’arbre, le latex est un liquide qui appartient au système immunitaire de l’hévéa. Ainsi, le latex serait plutôt comparable à de la résine de pin, dont on peut voir les gouttelettes dans les plaies de l’arbre. La méthode pour extraire le latex est un peu plus grossière : il faut faire une entaille de sorte à stimuler les défenses de l’arbre pour que celui-ci sécrète le latex. Il s’agit d’un arbre que nous ne saurions exploiter ici, au Québec, avec notre climat. Présentement, l’industrie du pneu fait la demande pour 70 % de la production du caoutchouc à partir du latex naturel.

La pacane

Rien de surprenant dans cet arbre hormis le fait qu’il est indigène du sud du Québec. Le pacanier est en fait une sorte de caryer.

Pacane - Pacanier - Caryer

Pacane – Pacanier – Caryer

Ainsi, si vous avez un caryer ovale, aussi appelé caryer à noix douces, vous pourriez vouloir commencer à récupérer les noix sur votre terrain. Il ne s’agit pas encore de la pacane, mais d’un fruit de même espèce et au goût similaire. Il existe des croisements entre le pacanier et le carier ovale, rapprochant ainsi le goût de la noix à celui de la pacane. Le pacanier peut aussi être cultivé au Québec, mais il ne faudra pas sortir de sa zone de rusticité qui se trouve essentiellement dans la grande région de Montréal.

Les champignons

Il n’est pas surprenant d’apprendre que certains champignons poussent sur les arbres : il est commun d’apercevoir des champignons proliférer sur des arbres en plein dépérissement. Il est d’ailleurs possible d’acheter des cultures de champignons sur des billes de bois pour en faire le jardinage à la maison. Or, les arbres peuvent aussi guider la cueillette des champignons en ce que certaines espèces apparaîtront autour de certaines essences d’arbres particulières.

En effet, hormis les champignons qui parasitent les arbres ou ceux qui contribuent à leur décomposition, il existe les champignons mycorhiziens. Ceux-ci ne vivent qu’en symbiose avec les racines des arbres. Ainsi, celui qui cherche des bolets pour mettre sur sa pizza pourra trouver l’espèce du bolet bicolore près des chênes et des hêtres, ou, pour du bolet à pied creux, près des mélèzes et des pins gris. Il est entendu qu’il faut toujours consulter un expert avant de consommer un champignon que l’on trouve. Puisque nous ne sommes absolument pas compétents en matière de champignons comestibles, nous nous abstenons ici d’inclure des photos.

Pour trouver des chanterelles, il semble que tous les arbres, feuillus autant que conifères, soient propices à leur développement. La truffe, en revanche, aurait une préférence pour le frêne, ce qui est bien dommage avec la présence de l’agrile du frêne. On peut toutefois en trouver aussi autour d’autres essences comme le saule et le sapin.

Le rotin et l’osier

Le rotin parvient d’une plante qui se qualifie difficilement comme un arbre. Il s’agit d’un palmier à liane, c’est-à-dire une plante grimpante qui s’attache aux autres arbres. Il en existe plus de 600 variétés. On l’exploite majoritairement à l’état sauvage, mais la menace pour la ressource naturelle encourage la production en culture.

Rotin - Palmier à liane

Rotin – Palmier à liane

L’osier est fabriqué avec des jeunes pousses de saule. Sa culture consiste à faire pousser des saules, comme en pépinière, mais en exploitant l’arbre dès sa jeunesse. On utilise le tronc du jeune saule pour un bâton d’osier.

Osier - Jeunes pousses de saule

Osier – Jeunes pousses de saule

share

Dominic Perugino
Dominic Perugino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *