Tag: abattage d’arbre


Comment couper un arbre - Comment abattre un arbre
27 Juin 2017

Comment couper un arbre

L’exécution de travaux arboricoles par soi-même peut en effet apporter des économies, un plaisir et une gratification personnelle par se simple fait d’avoir appris un nouvel art de travail. Cet article ne vise pas à donner à tous le sentiment que l’abattage d’un arbre est facile et accessible à tous. La discrétion et le jugement de chacun sont requis pour déterminer la possibilité de travaux arboricoles sans l’aide d’un expert.


Chêne des marais
26 Août 2015

Chêne des marais

Pour parler de la pertinence du chêne en milieu urbain, le chêne des marais s’impose en sortant du lot. En effet, si les autres chênes méritent notre attention pour leur aspect rustique et robuste, le chêne des marais, plus timide, apporte un peu de délicatesse ornementale à son essence.


L’agrile du frêne
02 Juil 2015

L’agrile du frêne

L'agrile du frêne, de son latin agrilus planipennis, est un insecte qui a fait son chemin jusqu'en Amérique du Nord depuis le nord-est de l'Asie. Il fut découvert au Canada en 2002 et trouvé responsable de la perte de dizaines de millions de frênes dans les régions de l'Ontario et de quelques états américains au sud des Grands Lacs.


Le chêne à gros fruits, Quercus macrocarpa
13 Mai 2015

Le chêne à gros fruits

Notre première suggestion est le chêne à gros fruits, du latin quercus macrocarpa. Cet arbre majestueux atteint en moyenne 20 mètres de hauteur et de largeur. Son tronc atteindra, pour sa part, un diamètre d’environ 60 centimètres. Ainsi, à maturité, cet arbre impressionne par son aspect imposant. En jeunesse, son port est pyramidal, mais, en vieillissant, il devient ovoïde, globulaire et irrégulier. Si l’on désire un chêne qui conservera son aspect pyramidal, il faut choisir le chêne des marais.


Les grandes villes du Québec font face à un dilemme arboricole
07 Avr 2015

Les grandes villes du Québec font face à un dilemme arboricole…

À l'arrivée du printemps, les grandes villes du Québec vont devoir investir des millions pour la crise engendrée par l'agrile du frêne. Pour régler le problème, plusieurs villes optent pour l'injection d'un vaccin ou pour l'abattage de ces arbres. Malheureusement, ces solutions ne font qu'alourdir le fardeau fiscal des concitoyens puisque le problème resurgit année après année. Selon les arboriculteurs associés à Arboplus, ces solutions ne font que masquer le problème.