La quasi-totalité des arrondissements de Montréal touchés par l’agrile du frêne

La quasi-totalité des arrondissements de Montréal touchés par l’agrile du frêne
01 Mar 2015

L’agrile du frêne continue de faire des ravages à Montréal : 18 des 19 arrondissements sont maintenant contaminés, selon la plus récente recension. La Ville annonce de nouveaux investissements pour combattre ce fléau, mais le règlement qui lui permettrait d’intervenir sur les terrains privés contaminés se fait toujours attendre.

Montréal va dépenser 13 millions de dollars en 2015 pour planter des arbres et combattre l’agrile du frêne qui gagne du terrain. C’est quatre fois plus que l’an dernier.

« Quadrupler les sommes pour la foresterie urbaine, je considère ça comme historique et mémorable », affirme Réal Ménard, responsable de l’environnement au comité exécutif.

La Ville veut planter 7000 nouveaux arbres. Deux millions de dollars serviront à aider les arrondissements à remplacer les frênes abattus.

Montréal compte également accroître le dépistage et les injections de biopesticide pour protéger les frênes contre l’insecte ravageur.

18 arrondissements sur 19 contaminés

L’opposition à l’hôtel de ville croit que l’administration Coderre a trop tardé à agir. « Entre l’année passée et cette année, on se rend compte que l’agrile du frêne s’est propagé à peu près partout à Montréal, dit Sylvain Ouellet, porte-parole en matière d’environnement pour Projet Montréal. En plus, c’est allé dans presque tous nos grands parcs. Il y a quatre foyers d’infestations sur le mont Royal, où il y a 26 000 frênes. C’est assez inquiétant. »

À pareille date l’an dernier, 7 des 19 arrondissements ne comptaient aucun cas recensé. Aujourd’hui, il ne reste plus que l’arrondissement Saint-Laurent, qui a traité tous ses frênes publics de manière préventive.

Sylvain Ouellet déplore aussi que la Ville n’ait toujours pas le pouvoir d’obliger un propriétaire à abattre ou à traiter un frêne infesté sur son terrain. « Comment se fait-il qu’on n’ait toujours pas de règlement sur les moyens d’agir sur les terrains privés? »

Le maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, promet une annonce à ce sujet d’ici quelques jours. Selon lui, la propagation de l’agrile du frêne est maîtrisée.
Montréal compte environ 300 000 frênes.

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/02/22/003-montreal-combattre-agrile-frene-planter-arbres.shtml

share

Dominic Perugino
Dominic Perugino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *