Protéger les arbres lors des travaux de construction


30 Juil 2018

Introduction

Si la conservation des arbres est chose importante, les garder en bonne santé est de mise et pour cela il faut les protéger des accidents. La plupart du temps, ce n’est que des années plus tard que l’arbre subira les conséquences de la négligence et ainsi on peut réduire drastiquement sa durée de vie. Il suffit d’une simple blessure pour ouvrir un passage à un pathogène quelconque qui affectera l’arbre de façon exponentielle. Il en va de même pour les racines, il arrive souvent qu’un arbre meure après avoir épuisé ses dernières ressources en tentant de survivre quelques années suite à des travaux d’excavation. Malheureusement, les coûts pour réparer les dégâts peuvent être très élevés, en particulier s’il faut abattre un arbre dans une cour fraîchement aménagée. C’est pourquoi en respectant quelques règles de base nous allons être en mesure de prévenir la détérioration prématurée des arbres suite à des travaux de construction.

Les différents dangers

Avant de protéger les arbres, il faut savoir reconnaître les sources de danger. Les plus évidentes sont les blessures mécaniques dues à la machinerie. Cela peut être une déchirure de l’écorce ou du cambium (partie superficielle du tronc, sous l’écorce), mais un impact contre le tronc peut aussi blesser l’arbre même s’il n’y a pas de dommage visible, comparable à une ecchymose. Le bris des branches est aussi un danger qui guette l’arbre à tout moment, que ce soit volontaire ou non. Les blessures plus subtiles sont celles aux racines et elles sont souvent les plus traîtresses. Le simple passage de machinerie lourde est suffisant pour compacter le sol et abîmer les racines, voir les tuer, sans compter les racines qui peuvent être brisées lorsque l’on creuse dans le sol. On n’y pense pas souvent, mais les différentes machines ont tendance à avoir des fuites de liquide hydraulique. Impardonnable. Ou encore lorsque l’on remplit les réservoirs d’essence, il peut arriver que l’essence se renverse. Le sol est alors contaminé et cela affectera indéniablement la végétation. La chaleur et l’échappement peuvent aussi, dans des cas plus rares, affecter les végétaux. Bref, les chantiers de construction sont des milieux très hostiles pour les arbres.

Barrière de protection

La première étape pour protéger ses arbres est d’établir une barrière de protection physique de sorte qu’elle absorbe les dommages en premier. Faites un périmètre afin de délimiter la zone accessible aux travailleurs et, si vous en avez les moyens, installer une clôture serait l’idéal. Pour les arbres inévitablement présents dans le chantier, utilisez ce que vous avez sous la main pour protéger le tronc : planches, « 2×4 », panneaux, etc.. Enfin, établir le chemin où la machinerie et les travailleurs passeront permettra de restreindre les chances d’accidents sur les autres arbres.

Protéger les racines

Les racines, quant à elles, sont susceptibles à la compaction du sol. Il suffit d’un simple passage de machinerie lourde pour compacter le sol et empêcher les racines de faire ses échanges gazeux (respiration). Il sera d’ailleurs très difficile à la végétation de se développer dans un sol compacté. Afin de protéger les racines, il faut disperser la pression que le poids de la machinerie fait au sol. Une simple planche suffit, mais, pour les passages fréquents, il est possible d’installer une sorte de tapis qui proportionne la pression au sol. L’idéal est de consulter un spécialiste puisque chaque situation est différente. Assurez-vous que les machines n’ont pas de fuite de liquide hydraulique puisque celui-ci est très nocif pour le sol et faites une zone où les travailleurs feront le plein d’essence pour éviter de renverser l’essence à plusieurs endroits.

Élagage préventif

Prévoyez le passage des travailleurs, des matériaux et de la machinerie. De cette façon, vous pourrez couper en prévention les branches qui vont obstruer le chemin et éviter de les casser. Pour l’arbre, il vaut mieux avoir une coupe franche qu’une déchirure pour permettre une meilleure guérison et réduire les chances d’insectes et maladies. Il en va de même pour les racines : si vous prévoyez des travaux d’excavation, faites couper les racines pour éviter de les arracher. Cela fera plus de bien à l’arbre et réduira la gravité des conséquences et celui-ci s’en remettra plus rapidement.

En cas de blessure

Si malgré toute la protection il arrive qu’un arbre soit blessé, pas de panique. Une petite blessure ne devrait pas déstabiliser l’arbre et je tiens à rappeler qu’il est inutile de mettre des onguents ou autres produits. Refaites les coupes des branches et des racines cassées pour accélérer la guérison. Selon la gravité, faites appel à un arboriculteur afin d’inspecter la blessure. Il sera en mesure de vous dire si l’arbre est sécuritaire. Par contre, suite à des travaux d’excavation l’arbre sera sous un grand stress, il sera donc important de bien le fertiliser et de suivre chaque année son évolution. S’il se détériore, faites appel à un expert.

Conclusion

Enfin, c’est en prenant les mesures nécessaires que nous serons en mesure de conserver notre forêt urbaine en bonne santé. Il ne faut d’ailleurs pas prendre à la légère l’impact à long terme qu’une blessure à un arbre peut avoir. Dans bien des cas, les conséquences ne seront visibles que des années plus tard et, malheureusement, il est bien souvent trop tard pour y remédier.

share

Dominic Perugino
Dominic Perugino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *